La K 75 dans Motorrad – Arrive la K 75 RT !


Sommaire

6 Arrive la K 75 RT !
6.1 La meilleure des K ?


6. Arrive la K 75 RT !

Motorrad 1990/25 – 24 novembre 1990

20

6.1 La meilleure des K ?

     Enfin un nouveau son dans les oreilles, se réjouit l’essayeur de la K 75 RT vers la fin de l’année 1990. La RT est enfin sur le marché en Allemagne, un an après les USA, l’Espagne, la France… « Comme si les motards allemands n’avaient pas l’oreille pour un moteur qui sonne aussi bien. Par-dessus tout après 4 000 t/mn, où la ressemblance avec un six-cylindres de Porche 911 est frappante. » Tiens donc ! Et elle n’a pas que son bruit à offrir. « Un flat-twin BMW R 100 RT est peut être plus maniable et léger, mais trop conservateur… Alors que la K 75 RT est plus maniable que la K 100 RT, plus puissante que le flat-twin. »
Le blocage de direction est dur à trouver (à Munich, on signale qu’on peut installer l’unité de contact et blocage de direction de la K 1). Démarrage au quart de tour, ralenti entretenu au départ par la commande d’enrichissement à deux positions. Le moteur est estimé à 70 PS, et non 75 comme annoncé. Mais à 3 000 tours, il développe déjà 50 Nm, et le couple se stabilise à 60 Nm de 4 000 à 8 000 tours. Ce qui explique qu’en solo, on peut rester en cinquième tout le temps. La vitesse atteinte par l’essayeur de Motorrad est de 174 km/h, à fond de quatrième comme en cinquième vitesse, mais à 1 000 tours de moins. La consommation est mesurée à 4,5 litres au cent sur route, jusqu’à 7,3 à fond sur l’autoroute. On ravitaille donc entre 500 et 300 kilomètres selon le cas.
Il faut du muscle pour les manœuvres à l’arrêt : avec les deux valises, la RT pèse 275 kg à sec, plus une douzaine de kilos pour l’ABS, le protège-cylindres, l’équipement additionnel. Et BMW assure que le poids total en charge admissible est de 480 kg. Bref, la RT met à rude épreuve l’amortissement, et si la fourche empruntée à K 75 S s’en sort, malgré un débattement insuffisant de 60 mm, à deux et chargé, l’amortisseur arrière cogne sur les routes en mauvais état. Mais la moto s’en sort bien : plus maniable à faible vitesse qu’une K 100 LT. À haute vitesse, son carénage, qui offre une protection exemplaire, la rend insensible au vent latéral et aux bourrasques. Le freinage est excellent, à condition de s’adapter au comportement de l’ABS lors des freinages d’urgence. Peu de motos sur le marché ont une position de conduite aussi confortable, même la K 100 LT.
Le bilan ? « Une fois que BMW aura corrigé les problèmes d’amortissement, la K 75 RT sera imbattable sur le segment des 750 routières. Et la conclusion : « la RT est la meilleure routière de toutes les K. Pour celui qui sait ce qu’il veut, elle est la plus agréable et la plus économique façon de voyager en K. »
Cela faisait longtemps qu’un journaliste de Motorrad ne s’était montré aussi enthousiaste.

21

     Quand le pilote, sa passagère et la moto ne font qu’un…

Christian D. aka « Wardenclyffe »

A suivre : Les années passent…

Advertisements
Cet article a été publié dans Autre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire (merci de vous assurer que vous êtes sur la page en rapport avec votre remarque/question)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s